E
U
R
O
P
A
N
F
R
ARCHIVES
Sessions :
E
U
R
O
P
A
N
1
4
SESSION 14
Sessions :
Réalisations
Retour

Plérin-sur-mer — Rue du Chalutier Le Forban

réalisation architecturale et d'espace public

L'échelle urbaine

L’idée de développer de l’habitat intermédiaire dans la ZAC du Plateau à Plérin-sur-Mer se concrétise à la suite de l’étude urbaine sous forme d’une opération de 40 logements. Les grands principes énoncés dans le cadre de l’étude en constituent la base : prenant place le long de l’avenue du Chalutier Le Forban, l’ensemble bâti relativement dense organise en son sein le passage progressif des logements superposés qui y sont majoritaires à l’habitat individuel prévu plus au sud ; la réalisation repose par ailleurs sur la mise en oeuvre d’une trame nord-sud qui la relie à la ville existante et à venir (secteur sud) et l’ouvre sur le paysage. Malgré la différence de situation urbaine et de site, le projet réalisé à Plérin évoque largement celui de Saintes.
Les architectes se sont attachés à conserver le principe structurant du projet initial, avec son système d’entrecroisement de différentes strates (venelles traversantes nord-sud, axe longitudinal au sol et en coursive, parking enterré) qui articulent la dimension privée des logements et des venelles à la dimension publique de l’avenue. On retrouve la volonté de développer une certaine profondeur urbaine. A la différence du projet de concours qui portait sur la restructuration d’un coeur d’îlot, il s’agit à Plérin de construire la globalité d’un îlot situé dans un environnement ouvert, ce qui amène les architectes à travailler également la «bordure» de l’opération en constituant un pourtour discontinu, alternant des bâtiments d’échelles différentes, et à soigner son accroche au sol par le biais des murs.
 


Les espaces de proximité

Le dispositif croisé énoncé précédemment est mis en oeuvre sous la forme de deux venelles traversantes reliant l’avenue du Chalutier Le Forban à l’espace vert prévu au sud de l’opération et d’un double axe longitudinal au sol et en coursive distribuant une grande part des logements. L’ensemble n’est accessible qu’aux piétons, le trafic auto étant contenu hors de l’îlot grâce à la réalisation d’un parking commun en sous-sol des logements intermédiaires (partie centrale). Au croisement des venelles et de cet axe sont aménagées deux placettes qui regroupent la distribution verticale des logements, les accès au parking, les locaux techniques et les boites aux lettre. La conception de ces espaces de transition considérés comme majeurs au sein de l’opération a fait l’objet d’un soin particulier, que ce soit en termes de dimensionnement, d’échelle ou de traitement des surfaces qui les délimitent et pour lesquelles ont été choisis des matériaux de qualité : murs de schiste montés à sec, palissades à clins en bois, végétaux. Le long des venelles, l’alternance des volumes bâtis et des jardins permet de ménager l’intimité des logements et de leurs prolongements extérieurs privatifs. Du fait de la situation péri-urbaine et en bordure de plateau de l’opération de Plérin, et à la différence du projet initial pour Saintes, les venelles offrent en plus des vues sur le paysage au loin.  


Les logements

40 logements sont réalisés selon cinq types définis en fonction de leurs rapports avec l’extérieur et le paysage : au centre de l’îlot, dominant la composition, des logements intermédiaires de type duplex superposés, avec jardins (1) ou avec terrasse lorsqu’ils sont desservis par la coursive (2), côté vallée, des maisons individuelles en L avec jardins ouverts sur le paysage (3) et, accessibles depuis l’avenue, des maisons individuelles avec jardin, de pleinpied, dont 3 avec petit patio (4) et des maisons se développant sur 3 niveaux, avec terrasse donnant sur l’axe central (5). L’ensemble ne comprend que des 4 pièces (2/3) et des 3 pièces (1/3), mais il repose sur une grande diversité typologique et offre une grande variété de volumes intérieurs et d’extensions privatives aux logements. Des vues sur Plérin ou, plus panoramiques, vers Saint-Brieuc, la multi-orientation des logements, la double hauteur de certaines pièces ou encore des jeux de transparence d’un lieu à l’autre contribuent ainsi à la mise en oeuvre d’espaces de qualité, appropriables selon des modes de vie très divers. De l’esquisse au chantier, le projet est remanié à plusieurs reprises (réduction des surfaces - annexes, cuisines, terrasses, ouvertures en façades, pleine terre... - et choix des matériaux), mais les principes initiaux de diversité sont maintenus et même amplifiés.. 

étude urbaine et architecturale

L'échelle urbaine

Souhaitant diversifier son habitat et préserver une mixité sociale, la Ville de Plérin-sur-Mer (Côtes d’Armor) veut réorienter l’aménagement et la programmation du dernier secteur urbanisable de la ZAC du Plateau, située en périphérie de la ville et initialement réservé à des activités et du tertiaire. Armorique Habitat convainct la Ville de développer sur ce site de l’habitat intermédiaire en y transposant les idées du projet de Saintes à Plérin. Le lieu, vaste emprise agricole située dans un secteur peu dense et peu structuré, contraste fortement avec la localisation initiale du projet à Saintes. Une étude urbaine portant sur le changement d’affectation de ce premier secteur à urbaniser de la ZAC du plateau et les modalités d’adaptation du projet au nouveau site est mené par CITArchitecture. Elle amène à re-questionner la cohérence d’ensemble du secteur à aménager par rapport à la ville existante. Les enjeux urbains d’une urbanisation progressive de ce secteur envisagée sous une forme alternative au modèle pavillonnaire existant sont posés : elle doit permettre de tisser des liens avec le centre ville proche et peut être l’occasion de requalifier l’avenue du Chalutier.

Le Programme proposé dans le cadre de l’étude urbaine : réaffectation du secteur réservé initialement à des activités et du tertiaire en logements, développement du logement locatif et de l’habitat intermédiaire, renforcement du caractère urbain de l’avenue du Chalutier Le Forban.
Périmètre d’étude : au sud du centre-ville de Plérin-sur-Mer, 16 hectares de terrains d’usage encore agricole formant la lisière du plateau et correspondant au secteur ZC13 de la ZAC du Plateau (env. 70 ha, réalisée aux 3/4). Forban, voie principale du quartier, en boulevard urbain. L’étude urbaine permet de valider sur l’ensemble du secteur un projet de référence mettant en oeuvre une stratégie de découpage en îlots, reposant sur un principe de maillage viaire hiérarchisé et sur une logique de diminution progressive de la densité et des hauteurs bâties, depuis une masse bâtie continue sur l’avenue jusqu’à un ensemble d’unités de logement individuels en contrebas du plateau. Le volet de faisabilité architecturale de l’étude permet d’esquisser une première tranche de 40 logements. 


Les espaces de proximité

Dans l’étude urbaine développée par CITArchitecture sur le dernier secteur à aménager dans la ZAC du Plateau à Plérin-sur-Mer, l’échelle des espaces de proximité fait partie intégrante des premières orientations portant sur la hiérarchisation des dessertes. L’esquisse de faisabilité d’une première tranche opérationnelle dans la partie nord du secteur reconduit le principe de maillage de circulations non accessibles aux voitures, avec un système venelles-coursives tel que développé à Saintes. Diverses variantes d’accès aux habitations à travers les venelles et les jardins sont envisagées, avec leurs conséquences sur les adresses et la disposition des locaux et équipements communs.
L’idée est de conserver les qualités d’intériorité urbaine énoncées initialement. Plusieurs parcours doivent être possibles pour passer de la rue à son logement et habiter en profondeur dans une «intimité urbaine» ou, ici, «rurbaine». 

Les venelles qui figurent à ce stade de l’étude préalable sont les mêmes que celles du projet de concours : délimitées par des murs et par des éléments bâtis ponctuels de hauteurs diverses, passages d’homme à l’échelle quasi-domestique, elles contribuent en plus, à Plérin, à mettre en scène le paysage. Entre les deux projets, la continuité d’un site à l’autre est d’autant plus forte qu’est utilisée la même vue clé sur une venelle, qui reprend d’ailleurs une photo sur venelle existante du dossier de site : une vue en perspective centrée sur son espace avec, au loin, le passage de la coursive aérienne, qui nous projette à l’intérieur de l’îlot, au sein même de l’espace transitionnel généré par les venelles.


Les logements 

L’idée de transposer les idées au projet de Saintes à Plérin-sur-Mer revient à Armorique Habitat qui cherche à offrir par certaines de ses opérations une nouvelle image du logement social. Elle intéresse également la Ville qui constate un manque de logements locatifs sur son territoire et souhaite trouver une solution de qualité pour développer sur ce secteur rurbain une alternative au pavillonnaire. La phase d’études urbaines amène les concepteurs à distinguer sur l’ensemble du secteur quatre «îlots» au sein desquels sont réparties différentes typologies d’habitat sous la forme d’un passage progressif de logements superposés (collectifs intermédiaires) à des maisons individuelles. En cohérence avec ce dispositif est esquissé, en bordure de la rive sud de l’avenue du Chalutier Le Forban, un ensemble de 40 logements dont les deux tiers sont de type «intermédiaire». Conjuguant la volonté d’adapter le projet initial au site de Plérin à celle de permettre la plus grande diversité de modes de vie dans une même opération d’habitat, les architectes déclinent cinq types de logements différents à partir des trois modèles proposés à Saintes : des volumes «enclos» en rez-de-chaussée, des plots isolés comprenant plusieurs niveaux et une agglomération morcellée de logements superposés.

CONTACT
FR | EN