E
U
R
O
P
A
N
F
R
ARCHIVES
Sessions :
E
U
R
O
P
A
N
1
4
SESSION 14
Sessions :
Réalisations
Retour

Seilh — Site de Laubis

Mission urbaine

LE PROJET 

Rappel des enjeux du site

Seilh est une commune du Nord de l‘agglomération Toulousaine à 15 kilomètres au Nord-Ouest, aujourd’hui devenue métropole. Elle est bordée et traversée du Nord au Sud par des axes de circulation structurants, aussi bien à l’échelle du futur projet de quartier qu’à l’échelle de l’agglomération.
La RD2 nommée Route de Toulouse borde les terrains à l’Ouest. Au Nord et au Sud, deux zones d’habitat pavillonnaire, extension de la ville au XXème siècle, le délimitent nettement.
Le site est par ailleurs marqué par un fossé et sa haie, trace naturelle due aux écoulements des eaux de pluie qui suivent la topographie du terrain vers la Garonne à l’Est.
Le site du projet de la ZAC Laubis est d’une superficie d’environ 13ha.

Modalités de mise en œuvre du projet 

AR 357, architecture et urbanisme / ATP paysagiste / 2AU bureau d’études VRD / ATMOSPHERES bureau d’étude énergie / ECOLOGIE URBAINE conseil urbain en développement durable constituent l’équipe de maîtrise d’œuvre qui a répondu à la deuxième phase de consultation lancée par le Grand Toulouse au premier trimestre 2011. Ce groupement travaille toujours à l’évolution et l’élaboration du projet.

Description du projet

Le projet consiste en la création d’un quartier de 530 logements en avril 2015, équipements publics, commerces et jardins.

AXES NORD / SUD

Le projet s’appuie sur une composition urbaine existante, les axes de circulation. Ils structurent le site : du plus urbain, depuis la route de Toulouse à l’Ouest, vers le plus sauvage, la Garonne à l’Est.

SÉQUENCES URBAINES

Le parcellaire dessiné pour le projet, est tricoté de fils écartés de manière progressive, à l’image du tissu ancien en lanières. La dilatation ainsi formée se lie d’Ouest en Est et inversement. Cette gradation met en évidence l’interface entre ville et nature, entre densité et porosité. Ainsi s ‘alternent des séquences urbaines, qu’elles soient publiques ou privées.

TRACE NATURELLE

Ces séquences urbaines se superposent à la trace naturelle existante, dessinée par un ruisseau et une haie, un fossé-mère. Cette trace, nommée « le Fil de l’eau », partage le site en trois entités, trois plaques qui seront habitées : logements collectifs et semi collectifs, intermédiaires, plus en contact avec la route de Toulouse, au sein d’une trame parcellaire plus tenue, et des maisons à patio, en bande, réparties dans un maillage plus large.

Comment le projet a-t-il évolué depuis la fin du concours ?

Le projet s’est adapté à :
-    l’évolution de la densité de 500 à 600 logements, puis un retour à 530 logements, comprenant une proportion plus importante de maisons que de logements collectifs.
-    La diminution des surfaces d’espaces publics, réduction de l’emprise des voieries, en particulier celle du chemin du Percin, et l’augmentation des surfaces des lots à bâtir.
-    La redéfinition de la centralité nécessaire suppression de certains équipements publics, comme la nouvelle mairie de Seilh, et la précision à apporter alors aux surfaces commerciales mise à disposition autour de la place principale.
Ces principales évolutions ont amenés à réestimer le coût prévisionnel des trvaux de 8Millions à 6Millions pour les espaces publics.

LA MISSION 

Description de la mission

•    Lancement d’une seconde phase de consultation par le Grand Toulouse premier trimestre 2011, mise en concurrence des 3 équipes mentionnées au concours Europan 10, remise des projets et des offres le 4 mai 2011.
•    Projet Tricoter son Quartier AR 357 retenu en juillet 2011.
•    Depuis septembre 2011, accord cadre monoattributaire pour des missions d ‘étude et de maîtrise d’œuvre urbaine, projet Laubis, commune de Seilh, signé avec le Grand Toulouse, communauté urbaine.

Les mission suivantes se sont étalées avec le Grand Toulouse de septembre 2011 à mars 2014

Diagnostic, études de scénarrii, dossier support de concertation, schéma d’aménagement, mise au point du plan directeur d’aménagement urbain et paysager d’ensemble au vu du bilan de la concertation.
•    Fin 2013 et début 2014, transfert de l’accord cadre du Grand Toulouse, devenu Toulouse Métropole, à Oppidéa, aménageur. Oppidéa devient le maître d’ouvrage et l’interlocuteur principal.
•    Etude rendue avec Oppidéa, avril 2015, mise au point du plan directeur d’aménagement urbain et paysager d’ensemble au vu des nouvelles orientations
•    Etudes actuellement engagées avec Oppidéa :
o    EnR, études énergétiques, actualisation
o    Elaboration du dossier loi sur l’eau – 1ère partie (phase AVP)
o    Règlement d’urbanisme à intégrer au plan local d’urbanisme
o    Maîtrise d’œuvre des espaces publics – Etudes d’Avant Projet (AVP)
Rendu définitif au 31 juillet 2015 pour la phase AVP.

Retour sur expérience

Qu’est-ce que vous a apporté le concours Europan ?

Tout d’abord, d’être mentionné puis lauréat au concours Europan nous a apporté une référence pour pouvoir nous constituer en atelier, nous lancer, et répondre à d’autres appels d’offre en urbanisme.

Quel regard portez-vous sur la commande réalisée à l’issue du concours, en comparaison à une commande traditionnelle ?

Nous continuons à espérer qu’un concours permette plus le choix d’une équipe sur son travail et son expression dans un projet que seulement sur le choix des honoraires.
 

Étude urbaine et architecturale




  •  
  •  

Les trois équipes sélectionnées, H. Ambal + D. Rupp + T. Dufaud, avec le projet « Tricoter son quartier », I. Laraqui + M. Bringer, avec le projet «  Le champs des possibles » et S. Mocci + C. Atzeni + C. Dessi, avec le projet « Seilhhabitattoulourscollectiftoujoursindividuel », ont participé à une consultation urbaine rémunérée organisée par le Grand Toulouse, en partenariat avec la Commune de Seilh. La consultation portait sur l’adaptation des projets à certaines évolutions du site et des attentes de la collectivité (densité, etc), leur faisabilité et l’approfondissement de certains points spécifiques (organisation des mobilités, diversité typologique, etc). Le choix de la collectivité s’est porté sur l’équipe H. Ambal + D. Rupp + T. Dufaud à laquelle a été attribué un « accord-cadre » incluant les missions de maîtrise d’œuvre urbaine nécessaires au développement et au suivi du projet urbain en phase pré-opérationnelle et opérationnelle, de conception des espaces publics et de faisabilité architecturale pour une future opération de logement expérimentale. Le choix d’un projet-processus avec une capacité d’évolutivité, privilégiant l’installation d’une matrice de projet, l’organisation de ses relations avec l’existant, la définition des espaces publics, a été déterminant. L’équipe finalise actuellement la première mission d’étude pré-opérationnelle, tandis que la phase opérationnelle a déjà été engagée avec le dépôt d’un dossier de création de Zac.

CONTACT
FR | EN