E
U
R
O
P
A
N
F
R
ARCHIVES
Sessions :
E
U
R
O
P
A
N
1
5
SESSION 15
Sessions :
Actualités
Retour
E13 vu par Vincent Foray, Administrateur...—2015-06-12
Vincent Foray, Administrateur du Centre national du costume de scène, Moulins
 

Pourquoi faire confiance aux jeunes générations pour penser le renouveau de la ville ?

Moulins est riche d’un héritage patrimonial fort et ancien qui mérite d’être revisité et de s’inscrire dans une réflexion urbaine, adaptée aux nouveaux enjeux et aux nouveaux usages. Il s’agit ici de penser le demain de la ville et de son identité, pour en faire un lieu de vie pour ses habitants, respectueux de son histoire mais résolument tourné vers l’avenir. C’est en quelque sorte une relecture du paysage urbain qui est nécessaire avec l’audace, l’imagination et l’enthousiasme propres aux jeunes générations. C’est une chance pour Moulins, dans cette période de mutation,  d’avoir cette dynamique riche de projets.

Que peuvent apporter  les équipes Europan dans les projets que vous soutenez et quelles sont vos attentes? 

L’histoire du Centre national du costume de scène commence par un projet de destruction, dans les années 1980, de ce bel ensemble architectural du Quartier Villars, dont les travaux ont commencé dans la seconde moitié du XVIIIème siècle avec comme architecte Jacques Denis Antoine, artiste de grande réputation, auteur, entre autres, de l’Hôtel des Monnaies à Paris. C’est le classement, au titre des Monuments historiques, en 1984, qui sauva l’édifice et après bien des péripéties, permit grâce à une forte mobilisation de l’Etat, de la Ville et des collectivités de permettre l’ouverture en 2006  d’un lieu unique, une nouvelle structure, chargée de porter haut les couleurs des métiers du théâtre, des métiers du costume. Mettre en lumière, sur le devant de la scène, ceux qui sont les magiciens de l’illusion théâtrale. Une belle aventure, un beau pari réussi car près de 10 ans après, ce sont plus de 600 000 visiteurs qui ont pu visiter les expositions présentées au CNCS.
L’histoire du Centre n’a pas fini d’être écrite pour cette jeune institution qui fait partie de la génération de la décentralisation culturelle d’équipements majeurs en région. Elle ne fait que commencer et le projet d’extension de ses réserves de costumes et d’éléments de scénographie dans le bâtiment dit de la « délégation militaire » est un axe majeur de son développement futur.
Ce projet va se réaliser avec le lancement, dès cette année, d’une étude de programmation et la réalisation d’une première tranche de travaux à partir de 2017. Dans la phase préliminaire d’étude, la réflexion et les propositions des équipes d’Europan seront un apport précieux pour inscrire ce projet dans la ville. La conjonction des calendriers est une chance pour tous les acteurs du projet.

Le cadre expérimental du concours et des suites Europan est-il un plus et pourquoi ?

Nous attendons beaucoup des propositions qui émaneront de ce concours qui s’inscrit dans une approche globale des enjeux d’urbanisme. En effet, le CNCS est confronté à des défis auxquels Europan, comme un laboratoire d’idée, peut apporter sa lecture et ses propositions :
- sur l’architecture d’un site dont la vocation historique était militaire, afin qu’il puisse être visuellement identifié comme un lieu de culture et de vie, ouvert sur la ville ;
- sur l’environnement de proximité du CNCS, en entrée de ville et dans un environnement paysager qui n’est pas forcément qualitatif voire même absent. Je pense tout particulièrement à la présence d’un supermarché en proximité immédiate du CNCS, sur les rives d’Allier et à des bâtiments désaffectés et disgracieux situés à l’entrée du pont Régemortes ;
- sur l’espace public, avec le projet du CNCS  dans le cadre d’une commande publique, d’intégrer sur son site un espace récréatif à destination des visiteurs et de leurs enfants mais aussi de la population du quartier de la Madeleine ;
- sur la problématique d’entrée de ville du quartier qui mérite certainement un traitement esthétique adéquat, et dont le Quartier Villars est un élément majeur aujourd’hui résumé par un long mur respectant l’intégrité d’une caserne ;
- sur les flux des piétons et des cyclistes aujourd’hui inadaptés, voire même dangereux pour les visiteurs qui souhaiteraient utiliser des modes doux de circulation.

Ce sont quelques pistes de réflexion qui doivent permettre aux équipes d’Europan de construire un projet global, de reconnecter le Quartier Villars à la ville, de rectifier des erreurs, combler des manques en « retravaillant les coutures».


Vincent FORAY, Administrator of the Centre national du costume de scène, Moulins.

Why trust young generations to think of city’s renewal ?

The City of Moulins has a strong and ancient patrimonial legacy that deserves to be revisited and included in an urban reflection, adapted to the new existing challenges and uses. We have to think about the city’s future and identity, create for the inhabitants a living space that would be respectful of its own History but resolutely forward-looking. Regarding the current period of mutation, it is an opportunity for Moulins to have this rich dynamic of projects.

What can Europan teams provide to the projects you support and what are your expectations ?

The history of the Centre national du costume de scène (CNCS) begins in the 1980’s, with a project for the destruction of this beautiful architectural unity of the Quartier Villars. The contruction work had began during the second half of the 18th century and were led by the architect Jacques-Denis Antoine, a renowned artist who created, among other things, the Hôtel de la Monnaie in Paris. Thanks to its classification as French Historic Monument in 1984, the building was spared and after many episodes, due to a strong mobilisation of the State, the City and the collectivities, the opening of the Centre was made possible in 2006. Offering a unique place, a new structure, that proudly bears theatre and costume professions, enlightens on the front stage, the magicians of the theatrical illusion. It turned out to be a beautiful adventure, a great successful bet because almost 10 years after, more than 600 000 people visited the exhibitions presented at the CNCS.
So much more could be written on the history of the Centre ; a young institution which is part of the generation of the cultural decentralization in region of major equipment. Its history has only just begun and the project for the extension of its collection of costume and scenic design elements in the so-called ‘military delegation’ building, represents a major basis for its future development.  
This project will be carried out at the same time as a programming study will be launched this year while the firts phase of construction work will be carried out from 2017. In the preliminary phase of study, the reflection and proposals of the Europan teams will provide a valuable contribution to incorporate the project into the city. The schedules do match and it is a real opportunity for all the actors of the project.

Is the experimental and implementations framework an asset and why ?

We do expect a lot from the proposals coming forward from this competition which is part of a global approach of urban planning issues. As a matter of fact, the CNCS must face some challenges for which Europan, as a laboratory of ideas, could give its own vision and proposals regarding :
- the architecture of a site whose historical use was first military, so that it can visually be identified as a cultural and living place, open on the city ;
- the immediate environment of the CNCS, at the entrance of the city and in a landscape environment which is not necessarily qualitative in nature or even absent. I am thinking particularly of the presence of a supermarket, situated close to the CNCS, on the Allier riverbanks and also of disused and disgraceful buildings, located at the entrance of the Régemortes bridge ;
- the public space, by integrating on the site, with the project of the CNCS within the framework of a public procurement, a recreational space for the visitors and their children but also for the residents of the Madeleine neighbourhood;
- the issue of the city entrance of the area that certainly needs a suitable aesthetic treatment, in which the Quartier Villars, delimited by a large wall respecting the integrity of a barrack, has become a major element;
- the pedestrian areas and cycling lanes which are no longer adapted, even safe for the visitors who would like to use ‘soft’ modes of transport.

These are a few preliminary thoughts that will enable the Europan teams to build a global project, reconnect the Quartier Villars to the city, rectify errors, fill the gaps by improving the links between this area and the city.
CONTACT
FR | EN