E
U
R
O
P
A
N
F
R
ARCHIVES
Sessions :
E
U
R
O
P
A
N
1
4
SESSION 14
Sessions :
Thème
Retour

«Villes Productives»

DÉFINITION DU THÈME «VILLES PRODUCTIVES» :

Au cours des dernières décennies, beaucoup de régénérations urbaines ont eu lieu en Europe. Des organisations comme Europan ont fait la promotion du concept de ville multifonctionnelle, et on peut dire que l'idéologie de la ville mixte est aujourd'hui généralement partagée.

Mais quel est le degré de mixité de cette ville mixte ? Dans de nombreux projets de développement urbain de l'ère post-industrielle, le logement est le programme principal. On ajoute sagement quelques bureaux et quelques équipements publics, et on est désireux de stimuler les bars, les boutiques et les restaurants parce qu'on veut que chaque nouveau projet urbain soit un «authentique quartier urbain dynamique». En regardant en arrière sur la façon dont on a organisé cette vague de régénération urbaine, on peut voir comment a été systématiquement exclu un seul programme: l'économie productive. Chaque entrepôt est devenu un loft, chaque shed industriel a hébergé un centre d'art ou de loisirs, une friche industrielle, un quartier résidentiel branché. L'économie productive a quitté la ville pour la périphérie, que ce soit dans les faubourgs de la même ville ou à l'autre bout du monde.

Maintenant, nous avons dans de nombreuses villes européennes un décalage spatial et social entre l'habitat et les lieux de travail. La ville offre des possibilités de travail pour les professionnels hautement qualifiés alors qu'une grande partie des travailleurs peu qualifiés vivent en ville sans trouver la possibilité de travailler. Ce décalage génère de nombreux problèmes en ce qui concerne l'économie, la mobilité et la sociabilité. Le renouvellement urbain, qu'on a fait sous les auspices de l'idéologie de la ville mixte, est moins mixte qu'on essaye de le faire croire. Les emplois liés à l'économie productive, à la fabrication, à la maintenance et à la réparation, ... dans les activités courtes des «cols bleus» devraient faire partie de la vie de la ville aussi. Notre ville n'est pas aujourd'hui une ville complète.

Bien sûr, il ne s'agit pas de faire revenir les acieries au centre-ville. Mais on accueille déjà toutes sortes de lieux de fabrication à petite échelle urbaine. On prend de plus en plus en compte l'industrie nouvelle du recyclage dans la ville même. On pourrait réserver de l’espace dans nos programmes pour les aires de redéveloppement pour implanter des petites et moyennes entreprises. On doit éviter que le plombier qui vit dans la ville et qui répare nos maisons dans la ville, doive conduire hors de la ville pour trouver un espace de stockage disponible. La production devrait être encouragée dans la ville, faire partie intégrante du tissu, être autorisé à s’afficher, et être reliée à la vie quotidienne partagée.

Quelles alternatives pour produire une telle ville? Au lieu de programmes productivistes basés sur la séparation et des ressources illimitées, le défi consiste à réinventer des proximités proactives, des économies circulaires proches, de nouvelles alternatives de co-production et d'éco-partage.

Re-mélanger habitat et travail pourrait être un moyen d'améliorer le processus d'hybridation entre économies locales et mondiales, entre micro et macro stratégies. Et donc en introduisant la production dans la ville, nous créons de nouvelles opportunités pour plus de recyclage, d’interactions sociales et d’urbanité. L'objectif est de produire une ville plus durable.

CONTACT
FR | EN