E
U
R
O
P
A
N
F
R
ARCHIVES
Sessions :
E
U
R
O
P
A
N
1
4
SESSION 14
Sessions :
Réalisations
Retour

Savenay — Quartier de la Gare

Étude urbaine et architecturale 1

Consultation
Durant 6 mois, la phase de consultation s’est déroulée sous forme d’ateliers, de confrontation et de restitution. Les trois équipes devaient approfondir leurs projets, notamment sur certains points spécifiques (inondabilité, stationnement, etc) et proposer un phasage précis et chiffré. Cette consultation a été lancée par le Pôle métropolitain Nantes Saint-Nazaire, en partenariat avec la Communauté de Communes Loire et Sillon, la Ville de Savenay et la commune de La Chapelle-Launay. Le cahier des charges a été rédigé par la SAMOA, société réputée comme aménageur de l’île de Nantes, dans le cadre d’une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage sur le projet Europan. 

Mission urbaine

L’équipe Mesures Ligériennes a remporté la consultation, et s’est vu attribué un marché de maîtrise d’oeuvre urbaine sous forme d’accord cadre. Des partenaires ont été proposés, et c’est donc un groupement de maîtrise d’oeuvre qui travaille dorénavant ensemble. Laetitia Lafont, architecte, est toujours mandataire, les associés paysagistes et architectes depuis le concours ont fondé l’atelier Georges. 


Cet accord cadre constitue un plan global de référence pour tous les acteurs intervenants dans l'élaboration du projet urbain de Savenay. Il a pour mission d'orienter les futurs aménagements, pour cela, une méthodologie a été mise en place par thématique. 
D'abord, quelles affinités le site entretient-il avec la ville : se pose la question de la programmation à travers la redensification des dents creuses grâce à des logements et services.
Ensuite, quelle alliance avec la plaine ? Quelles interfaces entre l'urbanisation et le marais ? Bref, comment inscrire le projet dans le paysage et son écosystème.
Enfin, quelles émergences de modes de vie ? L'objectif est d'initier la métamorphose, mais aussi d'accompagner l'installation des premiers habitants. Sont intérrogés ici les thèmes des typologies, de la densité et des caractères architecturaux. 

Étude urbaine et architecturale 2

Dans une méthode de co-conception, l'équipe a regroupé ces outils autour de quatre enjeux  :
- Faire avec l'eau
- Traverser et relier
- Habiter ici, travailler ici
- Le phasage du projet
Ces thèmes abordent l'ensemble des problématiques du site de façon simple, compréhensible et appropriable par chaque acteur. Ainsi, chaque thématique examine un aspect futur du quartier et en construit un morceau.


La méthode de co-production

Dès la réunion de démarrage du projet, l'équipe a proposé d’organiser un diagnostic en marchant avec les représentants du comité de pilotage du projet. La pratique des lieux et l’approche sensible des éléments ont permis notamment d’échanger autour du devenir des équipements communautaires sur le site, du rôle de la halle marchande ainsi que de la présence des deux habitations déjà en place, au coeur du futur quartier.

La seconde étape a été la tenue d’un stand participatif sur le marché de Savenay. Ce rendez-vous, organisé autour d’une photographie aérienne, invitait les habitants à exprimer leur vision du territoire communal, à décrire leurs parcours quotidiens ainsi qu’à raconter leur attachement aux lieux, l’histoire affective tissée avec la ville, au nord comme au sud de la gare. De cette démarche a clairement été mis en avant que la zone des acacias représente bien plus qu’une destination fonctionnelle réservée à l’activité artisanale ou à la déchetterie. La proximité avec la plaine ainsi que l’implantation d’activité récente ont montré que le lieu était parcouru par des flux diversifiés et complémentaires.
 


Deux ateliers ont ensuite été organisés afin d’associer élus, acteurs institutionels, techniciens et des professionnels représentants du marché local et métropolitain. Le premier atelier portait sur les questions de la gestion de l'eau et de la gestion des milieux habités et de l'agriculture, tandis que le deuxième atelier a été l’occasion d’expérimenter les volumétries et de débattre autour des premières intentions de projet et de programmation.

 

Réalisation d'espace public

Mission urbaine 2

    Projet architectural

    Les rues de Savenay et l'arrière pays de la communauté de commune présentent un paysage architectural qui, sans être unique, est néanmoins particulier. On remarque notamment une forme bâtie située dans le centre-bourg, dans les hameaux les plus reculés: il s'agit de la longère. Cette typologie vernaculaire longue et étroite nous semble particulièrement intéressante car elle peut, par homothétie, s'adapter à la demande contemporaine. Ainsi, elle peut accueillir le logement individuel comme de petits collectifs, un programme public comme des bureaux, tout en restant identifiable par ses proportions. Le thème de la longère, est retenu parmi les archétypes vernaculaires locaux  pour son adaptabilité  et sa souplesse. Le quartier est unitaire et fait écho aux volumétries du Savenay traditionnel. 


    FORMES URBAINES : ÎLES HABITÉES
    Habiter la plaine, c’est réinterpréter une toute autre relation qu’à nouée l’architecture à son paysage. Ici chaque logement dispose d’un espace extérieur, jardin pour les rez de chaussée, terrasses pour les derniers étages et parcelles locatives pour les étages intermédiaires. Les logements s’ouvrent ainsi sur une palette d’espaces, sur de nouvelles relations au bocage ligéien. Une compacité ponctuelle, qui génère les îles, et relative, est l’occasion de diversifier l’offre de logement à Savenay et permettra ainsi de satisfaire les demandes des nouveaux arrivants. Le thème de la longère, est retenu parmi les archétypes vernaculaires locaux pour son adaptabilité et sa souplesse. Le quartier est unitaire et fait écho aux volumétries du Savenay traditionnel tout en permettant d’accueillir du logement individuel comme des petits collectifs. 

    ÉCONOMIE CONSTRUCTIVE LIGÉRIENNE
    Accompagner le développement du nouveau quartier c’est trouver la juste mesure : être à la fois ambitieux et adapté à l’échelle du lieu. Cette attitude nécessite de trouver des résonnances et des solidarités, à la fois à l’échelle locale et à celle de l’éco-cité afin de nourrir des savoir-faire et ressources qu’offre le territoire. L’estuaire de par sa géographie et son histoire, propose un large éventail de ressources constructives et culturelles à même de participer à l’ancrage du projet dans son territoire. Adapter la palette architecturale à la ressource constructive locale c’est s’inscrire dans une démarche de développement durable. La construction du quartier est l’occasion de développer un «milieu» économique, un tissu de compétences qui à terme, peut profiter aux autres quartiers proches et à tout le bâti qui existe aux alentours. 
     
    CONTACT
    FR | EN