E
U
R
O
P
A
N
F
R
ARCHIVES
Sessions :
E
U
R
O
P
A
N
1
4
SESSION 14
Sessions :
Réalisations
Retour

Rennes — Caserne Mac Mahon

étude urbaine et architecturale

L’ensemble de l’étude porte sur la reconversion de la caserne Mac Mahon, site choisi à Rennes dans le
cadre du concours d’idées Europan 6. Enserrée entre le canal de l’Ile et Rance et une voie ferrée, la caserne se trouve à la charnière entre le centre historique à l’est et un quartier de grands ensembles, d’équipements hospitaliers et universitaires à l’ouest. À l’angle de deux axes structurants, le site est composé de différents corps de bâtiments du XIXème siècle disposés autour d’une place d’arme. Un quartier pavillonnaire s’est développé au sud et à l’est de la caserne. Le site constitue une surface d’environ deux hectares.

À l'occasion de la libération d'un site militaire, il s'agissait de réfléchir au renouvellement d'un morceau de ville et à son articulation aux autres quartiers, en travaillant à partir de sa composition initiale. Le programme originel soumis au concours Europan prévoyait la réaffectation d'une partie des bâtiments du site, la construction d'un habitat à dominante familiale dont une partie en locatif social (200 logements sur l'ensemble du site), la réalisation d'un espace public central permettant de recréer un coeur de quartier et enfin l'ouverture du site sur les quartiers environnants.

Lancée en octobre 2000, la sixième cession d’EUROPAN s’est intéressé aux fragments urbains délaissés entre ville-centre (ville stabilisée) et ville moderne extensive (grands ensembles, lotissements contemporains). Huit sites sont proposés sur le territoire français. A l’issue de la proclamation des résultats le 26 juin 2001, huit projets ont été mentionnés.

En septembre 2001, la Ville a souhaité confier à l’équipe lauréate, une étude urbaine et architecturale. L'objectif de cette étude est d’élaborer pour le secteur un projet urbain et architectural cohérent tant du point de vue de son articulation avec le projet urbain rennais que de la prise en compte des aspirations des habitants du quartier.

La démarche qui a été menée se voulait innovante tant du point de vue du contenu que de son déroulement. En effet, il avait été souhaité associer aux Architectes retenus, une équipe composée d'un paysagiste et d'un bureau d'études techniques afin de réaliser sur le site un projet réellement qualitatif. En outre, l'ensemble du processus de définition du projet urbain s’est fait en concertation avec les habitants du quartier et les associations concernées, réunis au sein d'un groupe de travail dont le fonctionnement était régi par un protocole partenarial.

La reconversion du bâtiment de casernement pour des fonctions tertiaires, la valorisation des éléments patrimoniaux du site à conserver, le fonctionnement du site en lien avec une station de métro, la mise en valeur du lieu par l'intermédiaire d'un jardin public de près d'un hectare et les réflexions autour d'un habitat intermédiaire, représentaient quelques-unes des thématiques innovantes du projet lauréat que la ville a souhaité voir adapté dans le cadre de l’étude pré-opérationnelle.

Du projet lauréat du concours Europan, la ville de Rennes a retenu certains principes capables de structurer l’ensemble de l’étude urbaine : l’idée d’un espace public central paysager et le principe de perméabilité du site sont des points forts que la ville souhaite voir approfondis et adaptés. De même, un intérêt particulier a été porté sur le dispositif bâti à l’est, mixant différentes typologies d’habitats suivant un principe en double bande.

La ville a également approfondi avec les architectes-urbanistes certaines orientations programmatiques évoquées lors du concours. Certains aspects du programme ont été révisés : la densité globale (150 logements au lieu de 200) et la conservation de bâtiments militaires (l'Architecte des bâtiments de France a souhaité préserver le grand casernement, la commanderie et les deux corps de garde à l'entrée du site). Le programme a vu de plus l’apparition de quelques éléments nouveaux à intégrer : la création d'une maison de quartier sur le site au sein du bâtiment de commandement et la présence de commerces en rez-de-chaussée d'immeubles le long du 41ème RI (souhait émis par les habitants du quartier).

Mission urbaine



 

Réalisation d'espace public

La recomposition du site nouvellement desservi par le Val doit permettre de tisser des liens solides entre le vieux Rennes et le grand ensemble de Villejean à l’ouest. La création d’une nouvelle centralité s’appuyant sur un espace public structurant favorise la revalorisation de ce fragment urbain. Il s’agit d’ouvrir le site sur le quartier tout en conservant certains éléments forts du bâti existant.

Le projet s’est formalisé à partir de trois grands enjeux :

– Mise en scène du patrimoine entre histoire et modernité
Le programme architectural propose la réaffectation des bâtiments existants pour des fonctions de logements, services ou équipements. La cohabitation de population active et résidente au sein du site de l’ancienne caserne nous amène à repenser le lieu comme un espace public, un lieu ouvert ou les passages sont multiples. Le positionnement des logements construits en périphérie de la parcelle permet le dégagement d’un espace généreux en cœur d’îlot et ainsi de mettre en scène le patrimoine historique au sein d’un jardin devenu public.


– La perméabilité du lieu
La perméabilité représente l’un des enjeux les plus forts du projet, l’idée étant d’ouvrir un site resté hermétique durant plus d’un siècle. L’aménagement de passages au sein même du site, de promenades agrémentées le long des rues, doit revaloriser le lieu, améliorer le cadre de vie, favoriser son appropriation par ses habitants présents et futurs.


– Le jardin, lieu de rencontre et de convivialité:
La place d’arme réaménagée et végétalisée devient un espace de transition entre la zone tertiaire, les immeubles de logements et le quartier pavillonnaire alentours. Le jardin place le bâti dans un contexte nouveau et valorisant.

3 espaces se distinguent : le nouvel espace d’entrée, l’espace public central, la rue intérieure.

 

 

Réalisation architecturale

Le projet consiste en un bâtiment collectif de 21 logements et d'une rangée de 5 maisons de ville. Le bâtiment R+5 sur la rue du Champs de l'Orne se rapproche par sa typologie, de celle des logements insrits sur le boulevard Clémenceau. Les maisons de villes, plus protégées à l'arrière de la parcelle, bénéficient d'un cadre paysagé plus intense et rappelle le tissu pavillonnaire du 'quartier jardin' de l'Alma. 

Le projet paysagé reprend dans ses grandes lignes le projet proposé par le cahier des prescriptions urbanistiques de la ZAC Clémenceau. Chaque parcelle est close par des grilles et des haies bocagères. Le portail, le porche, et la cour constituent les lieux collectifs de l'immeuble. 
 
L'intérieur de l'îlot (cour) est pensé comme une empreinte minérale inscrite dans un système végétal continu. La limite séparative nord est caractérisée par des haies bocagères qui répètent la haie d'Orne existante boulevard Clémenceau. Un sujet de hautes tiges (chêne) est prévu sur la place minérale. 

L'ensemble de l'îlot est desservi par un grand proche permettant à la fois l'accès aux logements proprement dits, à la place minérale intérieure et au parking souterrain. 
 
    CONTACT
    FR | EN