E
U
R
O
P
A
N
F
R
ARCHIVES
Sessions :
E
U
R
O
P
A
N
1
4
SESSION 14
Sessions :
Réalisations
Retour

Jaux — Centre-Bourg

étude urbaine et architecturale

Phase concours

Le concours Europan dont le thème était " la requalification des sites urbains " proposait comme site d'étude un territoire de 20 hectares situé en rive du centre ville dans le faubourg Saint Maurice à Amiens -France.
Le terrain d'études comportait à l'origine :
- des espaces verts de l'îlot des Teinturiers
- et une friche industrielle assurant la liaison entre l'îlot proprement dit et la rue Saint Maurice, axe structurant du quartier.

Le projet de l'équipe Atelier Place, mentionné au Concours, proposait une stratégie d'aménagement élargie au-delà du site initial fondée sur une forte articulation des pratiques sociales avec les caractéristiques géographiques du site.
 

Phase étude pré opérationnelle 1

Suite au concours, la ville d'Amiens a confié à l'atelier PLACE une mission d'étude visant à préciser et à adapter la faisabilité du projet dans le contexte local d'opérations déjà engagées sur le site (réalisation de l'école d'ingénieurs ESIEE Amiens).
Cette étude a été rendue en 1993, présentée en Mairie, elle est restée sans suite en dépit d'un accueil favorable du fait d'une part d'un changement de priorité dans les politiques locales d'aménagement consécutif aux événements de l'année 1993 qui ont eu lieu dans les quartiers Nord de la ville au coeur des problématiques du développement urbain et d'autre part d'une absence de maîtrise foncière des terrains concernés.
 

Phase étude pré-opérationnelle 2

Les projets pour l'îlot des Teinturiers à Amiens ne voient pas le jour. Par contre, un projet de logements sociaux à Jaux se dessine en tenant compte des données financières de la réalisation d'une opération PLA en zone III, marquée par les fortes contraintes de la proximité d'une voie ferrée, de l'inscription du projet dans un périmètre soumis à accord des bâtiments de France (église inscrite à l'inventaire) et de la mitoyenneté avec les équipements scolaire de proximité (école maternelle et élémentaire).

En préalable à la réalisation de l'opération de logement à Jaux, l'OPAC de l'Oise, avec l'aide du ministère de l'Equipement a confié à l'Atelier PLACE la réalisation d'une étude de faisabilité urbaine ayant pour but de proposer un cadre urbain et programmatique précis au développement du centre-bourg de la commune. Cette étude a permis de révéler les opportunités réelles de la faisabilité de ce centre-bourg notamment en terme d'équipements de proximité et de liens entre le tissus local et l'accueil dans le centre de la commune d'une population destinataire du logement social.

De nombreuses similitudes entre les sites de l'îlot des Teinturiers à Amiens (présenté au concours Europan 2) et de Jaux sont apparus au cours de l'étude:
- Dans les 2 cas, les tissus concernés sont des faubourgs. A Amiens, le faubourg s'est constitué au 19ème siècle. A Jaux, la commune proche de Compiègne s'inscrit dans une politique d'aménagement local qui de fait contribue à faire de ces communes satellites des faubourgs en devenir de l'hyper centre compiègnois.
- A Amiens comme à Jaux, le développement urbain s'est organisé le long d'une rue, en berge de rivière et au pied d'un coteau,
- A ces caractéristiques géographiques et topographiques identiques se sont ajoutées les données locales visant à promouvoir à Jaux l'émergence d'en centre bourg centré sur l'équipement de proximité en complément aux usages résidentiels existants.

Ces orientations constituaient un prolongement naturel à la réflexion engagée à Amiens.
- Le système croisé " alignements et traversantes " à Jaux se retrouve constitué de manière analogue au projet Europan 2 à Amiens. Les traversantes ouvrent les perceptions du site sur les éléments de l'environnement urbain - la place- ou naturel du bois. Les vides créés deviennent les espaces semi-publics communs à l'ensemble des logements. Les pratiques sociales domestiques s'articulent sur les seuils et les espaces vides communs. La perception et la mise en relation du village à l'opération sont permanent.

Enjeux

Le principal aspect qui ressort des études préalable est le besoin de la commune en matière de lieu public. En effet, ce village-rue ne dispose d'aucune respiration, ni même d'espace ouvert, à l'exception de l'esplanade en front de mairie, placée en retrait de la route, et du parc de stationnement entre l'école et l'église. Il n'existe aucun endroit où les habitants pourraient se retrouver, s'asseoir et discuter.

En 1996, Jaux, petite commune de 1849 habitants située dans la périphérie de la ville de Compiègne, souffre d'un manque certain d'activité et d'échange social. Village à dominante agricole, sa particularité est d'être entièrement articulé autour de sa rue-route principale. Parallèle à la voix ferrée et autour de laquelle se succèdent les habitations, celle-ci fait de Jaux un bourg de passage.

La restructuration du centre-bourg est alors envisagée, avec l'implantation de logements sociaux. Les objectifs de cet aménagement visent à réorganiser les besoins de la commune (logements aidés, commerces, équipements de proximité ) afin de réaliser la vocation domestique du centre-bourg. Les moyens et les choix retenus doivent en assurer le développement durable et harmonieux. Une place publique est donc envisagée pour combler ce manque, ainsi qu'une véritable salle des fêtes/salle polyvalente. Ces deux espaces garderont néanmoins une superficie à la mesure du bourg, dans le respect de ses dimensions, pour éviter l'inconvénient inverse de " cassure spatiale ".

La nouvelle offre en matière de logement représentée par les futurs PLA, ainsi que les futurs commerces de proximité, viendront entourer cet espace de vie publique, ravivant l'activité communale.

Réalisation urbaine et architecturale

Le projet est l’aboutissement d’une étude urbaine menée par l’équipe pour la restructuration du centre de Jaux, un bourg-rue s’étirant le long du fleuve entre ligne de chemin de fer et plateau agricole. Pour redonner une nouvelle centralité au bourg dans le respect de sa morphologie, les architectes proposent de créer une place au carrefour de la rue principale et de l’unique accès aux berges de l’Oise. Pour le programme de logements ils optent pour une composition fragmentée en plusieurs bâtiment avec une majorité de logements concentrés en frange de coteau. Trois corps de bâtiment disposés sur le socle d’un parc de stationnement délimitent une cour en surélévation par rapport à la rue et organisent des cadrages depuis la cour sur les points forts du paysage : église, coteau boisé rives de l’Oise, etc…Les logements sont traversants avec des séjours s’ouvrant sur le bourg ou le coteau, les chambres profitant du calme de la cour. Le dispositif de desserte des logements privilégiant les accès individualisés ou en binôme contribue à harmoniser la réalisation avec l’existant et à gommer le caractère collectif de l’opération.
 

LES ESPACES DE PROXIMITE 

Le principal aspect qui ressort des études préalable est le besoin de la commune en matière de lieu public. En effet, ce village-rue ne dispose d'aucune respiration, ni même d'espace ouvert, à l'exception de l'esplanade en front de mairie, placée en retrait de la route, et du parc de stationnement entre l'école et l'église. Il n'existe aucun endroit où les habitants pourraient se retrouver, s'asseoir et discuter. En 1996, Jaux, petite commune de 1849 habitants située dans la périphérie de la ville de Compiègne, souffre d'un manque certain d'activité et d'échange social. Village à dominante agricole, sa particularité est d'être entièrement articulé autour de sa rue-route principale. Parallèle à la voix ferrée et autour de laquelle se succèdent les habitations, celle-ci fait de Jaux un bourg de passage. La restructuration du centre-bourg est alors envisagée, avec l'implantation de logements sociaux.
Les objectifs de cet aménagement visent à réorganiser les besoins de la commune (logements aidés, commerces, équipements de proximité ) afin de réaliser la vocation domestique du centre-bourg. Les moyens et les choix retenus doivent en assurer le développement durable et harmonieux. Une place publique est donc envisagée pour combler ce manque, ainsi qu'une véritable salle des fêtes/salle polyvalente. Ces deux espaces garderont néanmoins une superficie à la mesure du bourg, dans le respect de ses dimensions, pour éviter l'inconvénient inverse de " cassure spatiale ". La nouvelle offre en matière de logement représentée par les futurs PLA, ainsi que les futurs commerces de proximité, viendront entourer cet espace de vie publique, ravivant l'activité communale.

La mission confiée à PLACE ARCHITECTES concerne une partie de cet aménagement. Il s'agit en effet de construire 48 logements sociaux, des commerces et des places de stationnement. La zone sur laquelle porte les études des architectes s'étend entre l'école et la voie ferrée, pour une surface totale de 1,03 ha. Le coût des différentes acquisitions et expropriations est estimé à 3,5 millions de Francs. L'organisation des logements sur les parcelles est choisie de manière à privilégier la relation "ouverture sur l'extérieur depuis l'intérieur ". Les collectifs sont pensés comme des lieux de rencontre entre locataires, des espaces d'échanges qui doivent, par leur conception, encourager les pratiques sociales. La première tranche est composée de 12 logements, de commerces de proximité et des services comme l'espace destiné à l'ADMR (Assistance à Domicile en Milieu Rural). Ces derniers, en rez de chaussée, en tant qu'équipements de proximité apportent un véritable espace d'échange. Les architectes décident d'offrir une respiration visuelle en construisant des bâtiments à partir desquels le clocher (l'église classée) reste visible afin de conserver l'horizon urbain par des repères, des possibilités de point de fuite pour le regard en relation avec le local. Une antériorité tempérée : Le " socle " constitue le corps commun de l'ensemble des 36 logements. Il assure le plain-pied de l'espace public avec l'arrière de la parcelle et le coteau. Les césures au dessus du niveau du socle définissent les limites du vide interne à la parcelle. Elles règlent les échappées visuelles de la cour ainsi délimitée vers les horizons extérieurs : coteau, place publique et Oise, église au nord. Une manière d'être à la fois "chez soi et à Jaux ".
 

LES LOGEMENTS 

A l'automne 1993, l'OPAC de l'Oise est sollicité par la commune de Jaux pour la réalisation d'un programme de logements sociaux dans la zone Uar de centre-bourg de la commune. Approché par l'Atelier PLACE en recherche d'un maître d'ouvrage pour réaliser une première opération de logements, l'OPAC de l'Oise établi les premiers contacts autour de cette opération. En septembre 1994, l'étude de faisabilité pour la restructuration du centre bourg réaliser par l'Atelier PLACE est rendue. Le programme proposé pour les opérations d'habitat s'inscrit dans le respect des orientations du Programme Local de l'Habitat de Compiègne, notamment dans ses recommandations  concernant la taille des logements. Dans la restructuration du centre bourg, de Jaux, les logements en accession à la propriété ont été écartés pour des raisons de commercialisations et d'inadaptation. La parti retenu privilégie les produits locatifs type PLA, PLI mieux adaptés à la demande et à la solvabilité des futurs occupants. La mixité d'opération a pour rôle d'éviter les phénomènes d'exclusion entre groupes socio-économiques différents. Le produit locatif envisagé s'adresse aux jeunes, aux personnes seules ou familles monoparentales. Il répond aussi à la demande de ménages issus du parc locatif ancien privé, qui cherchent à profiter d'une localisation extérieure au centre ville de Compiègne (proximité de l'espace naturel, taille et confort supérieurs des nouveaux logements). 

Le programme pour lequel l'Atelier PLACE est mandaté, comprend la réalisation de 48 logements PLA sur deux sites autour de la future place publique. La distribution des logements oriente les espaces de séjour sur la ville ou le coteau boisé alors que les chambres orientées sur la cour intérieure sont à l'abri des nuisances acoustiques liées à la voie ferrée SNCF, (40 dB(A) d'isolement pour le programme de 12 PLA, 35 dB(A) d'isolement pour le programme de 36 PLA). Une 'marquise' exprime le volume des logements en duplex et articule les distributions internes. Chaque logement dispose d'une terrasse ou d'un jardin privé. La double orientation est privilégiée. Les séjours et chambres en comble des duplex sont à orientation traversante. Tranche 1, le bâtiment R+2 est distribué par 2 cages d'escalier distinctes accessible depuis le passage sous porche carrossable. Tranche 2, le tiers des logements sont en duplex. Depuis la rue, une clôture règle la géométrie des différents alignements. Les logements à rez de chaussée sont distribués sur rue avec jardin. L'accès aux autres logements se fait par le porche carrossable au droit de la clôture, la distribution de chaque corps de bâtiment et des logements se fait indépendamment en extérieur depuis la dalle à R+1. Des logements à double orientation : Le principe des logements traversant s'est appuyé sur l'orientation des espaces de séjour vers l'extérieur du site (place publique ou coteau). Les chambres sont situées au calme, dans la cour intérieure abritée des nuisances de la voie SNCF. De plus la plus part des T3 bénéficient d'une double orientation des pièces principales, notamment les séjours et chambres des niveaux supérieurs. Les combles sont occupés par des logements en duplex (T3 ou T4). Le découpage successif des espaces du logement forme la règle typologique déclinée dans les 3 corps de bâtiment de l'ensemble.  

Le pignon comme thème 
Ce dispositif typologique du plan est restitué dans la troisième dimension par le traitement des pignons des édifices.
Sous la toiture : les séjours,
Sous le terrasson béton, sorte de marquise abritant les accès : les circulations (entrées des logements, desserte interne et escaliers intérieurs des duplex) ;
Sous les terrasses : les chambres.
Le fractionnement de l'élévation des pignons et leur perception depuis l'espace public ou la voirie contribue à marquer le " jalon " de centre bourg. 
CONTACT
FR | EN